Extinction de l’éclairage public dès janvier 2019

La Ville d’Aytré s’éteint la nuit et rallume les étoiles entre minuit et 6h du matin.

L’éclairage public est l’un des champs d’intervention du pouvoir de police du Maire.

Il ne revêt pas de caractère obligatoire. Il incombe au Maire de définir avec précision les lieux pouvant recevoir un éclairage artificiel. L’extinction de l’éclairage public une partie de la nuit nécessite à chacun de s’organiser en conséquence. En effet, la responsabilité est renvoyée à l’usager s’il ne fait pas preuve de toute la prudence qu’exigerait l’obscurité de la voirie.

Pour en savoir plus, téléchargez le dépliant disponible en bas de page dans « Ressource utile ».

Le territoire aytrésien compte 2 320 points lumineux sur environ 85 kms de voirie.

Ce sont 4 100 heures d’éclairage pour 645 000 kWh. Pour se donner une idée sur une année, c’est l’équivalent de 6 stades de foot allumés ou encore la consommation annuelle d’environ 129 foyers. Soit 58 tonnes d’émissions de CO2.

Et pour un coût annuel de fonctionnement de 178 800 €

L’éclairage c’est 43 % de la facture totale d’énergie pour la Mairie d’Aytré.

Le saviez-vous ?

85 000 tonnes de CO2 sont produites par l’éclairage public au niveau national.

Éclairer juste, c’est :

  • une meilleure qualité de vie
  • limiter les émissions de gaz à effet de serre
  • préserver le rythme biologique et améliorer le sommeil
  • protéger la faune :
    > réduire la désorientation et la perturbation du cycle de reproduction des espèces
    > prendre en compte les 60% d’invertébrés et 30% de vertébrés qui vivent partiellement ou totalement la nuit
  • rétablir la biodiversité nocturne
  • permettre d’observer les étoiles dans de meilleures conditions
  • éviter les concentrations de volatiles autour des lampadaires (moins d’entretien)

Pollution lumineuse coûteuse :

L’éclairage d’une commune c’est 41% de la facture d’électricité.

Les baisses des dotations de l’État et les contraintes budgétaires imposent de trouver des marges d’économie.

Des idées lumineuses pour des économies maîtrisées :

  • réduire le nombre de temps d’éclairage : 1 910 heures d’éclairage nocturne par an au lieu de 4 100 heures
  • faire une économie sur la facture d’énergie : 33 400€ TTC/an
  • à long terme :
    > accroître la longévité des équipements (durée d’éclairage plus courte)
    > réduire et limiter les opérations de maintenance
    > réinvestir les économies réalisées grâce à l’extinction de l’éclairage
    > renouveler le matériel par des lanternes à led
  • agir face à l’augmentation du coût d’abonnement de la fourniture de l’énergie

L’article 41 du Grenelle de l’environnement prévoit : « Les émissions de lumière artificielle de nature à présenter des dangers ou à causer un trouble excessif aux personnes, à la faune, à la flore ou aux écosystèmes, entraînant un gaspillage énergétique ou empêchant l’observation du ciel nocturne feront l’objet de mesures de prévention, de suppression ou de limitation. »

Bien que décidé en 2012 par décret, ce n’est qu’en 2018 que l’extinction des enseignes lumineuses et des vitrines est rentré en application en France chaque nuit entre 1h et 6h du matin.
L’objectif affiché est de circonscrire l’impact de la pollution lumineuse nocturne qui croît depuis des années. L’application de ce décret permettra de réduire considérablement la consommation énergétique. Chaque année, 1 000 gigawatt-heure seraient ainsi économisés soit l’équivalent de la consommation électrique de 370 000 ménages.

Outre un allègement de la facture énergétique, la mesure permettrait de refaire un peu de place aux étoiles. C’est aux mairies qu’il revient désormais de contrôler la bonne application de ce décret.

Les facteurs lumineux du sentiment d’insécurité :

  • Sans éclairage nocturne, on constate aussi une baisse des incivilités, du vandalisme, des dégradations, des tags et du tapage nocturne.
    Les vols de voitures déclarés sont également moins nombreux.
  • Le piéton : le thème de l’insécurité n’est pas seulement lié à l’éclairage mais également à la fréquentation de la rue empruntée, sa largeur, les infrastructures…
    Ce sentiment d’insécurité dépend également de l’imaginaire de chacun et de son expérience.
  • L’automobiliste et le cycliste : il a été démontré que les véhicules roulaient moins vite sur des routes non éclairées et que la vigilance des conducteurs était plus importante face aux éventuels dangers de la route.
  • Les agressions, les cambriolages et les incivilités : les agresseurs et cambrioleurs ayant besoin de “visibilité” pour commettre leurs méfaits sont gênés par l’extinction des lampadaires la nuit. Se munir d’une lampe torche pour le cambrioleur risque de le faire repérer. On observe une majorité de cambriolages la journée et non la nuit.

  • Le piétonPas de déambulations nocturnes sans la lueur du téléphone portable, d’une lampe de poche ou de dispositifs réfléchissants si la lueur lunaire est insuffisante. Ainsi, vous sécurisez vos allées et venues en connaissance de cause.
  • L’automobilisteRester vigilant de nuit. Adapter sa vitesse et s’assurer du bon fonctionnement de ses équipements lumineux. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de point lumineux dans votre
    champ de vision, qu’il n’y a pas de vie (ex : animal errant.).
  • Le cyclistePour circuler à vélo, certains équipements sont obligatoires et d’autres simplement recommandés.
    > Le port d’un casque est obligatoire pour un enfant de moins de 12 ans qu’il soit conducteur ou passager. Le casque doit être attaché
    > Gilet de haute visibilité
    > Éclairage
    Tout vélo doit être muni de manière permanente d’un ou plusieurs catadioptres arrière.

    La nuit, ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante, tout vélo doit être muni :
    > D’un feu de position émettant vers l’avant une lumière non éblouissante, jaune ou blanche
    > D’un feu de position arrière qui doit être nettement visible de l’arrière lorsque le vélo est utilisé
    > D’un signal d’avertissement

    Tout vélo doit être muni d’un appareil avertisseur (sonnette) constitué par un timbre ou un grelot dont le son peut être entendu à 50 mètres au moins. L’emploi de tout autre signal sonore est
    interdit.

  • Chez soiIl peut être utile d’équiper la porte d’entrée de son domicile d’un détecteur de présence.

C’est cadeau !

Afin d’évoluer en sécurité sur l’espace public lors de vos déplacements, la Ville d’Aytré vous offre un bracelet réfléchissant. A venir récupérer en mairie d’Aytré avant le 31 mars 2019, Place des Charmilles, aux horaires d’ouverture (du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h).

Un seul bracelet délivré par foyer sur présentation d’un justificatif de domicile de moins de 3 mois et dans la limite des stocks disponibles.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×