En savoir plus sur l’exercice d’alerte submersion

Nous vous informons que l’exercice d’alerte est TERMINÉ.

Avec le concours de la préfecture de Charente Maritime,  du Département de la Charente Maritime, de la Communauté d’Agglomération de la Rochelle, des services de secours et des opérateurs de réseaux, la Ville d’Aytré participe à un exercice d’alerte submersion grandeur nature qui sera mené d’ici la fin de l’année 2019.

Les services de l’État et 15 communes du littoral de Charente-Maritime s’entraîneront dans le cadre d’un exercice départemental ORSEC au risque submersion marine les 27 et 28 novembre 2019. L’exercice a vocation à entraîner les services en charge de la gestion d’un évènement majeur, à tester la chaîne d’alerte aux communes en cas de submersion du littoral et à mettre en œuvre les procédures de protection de la population.

Participeront à l’exercice avec les services de sécurité et de secours (préfecture, DDTM, SDIS, gendarmerie, police, DMD, associations agréées de sécurité civile), les opérateurs de réseaux (GRDF, Enedis, RTE), les collectivités suivantes : le Conseil départemental, les communes d’Angoulins, Aytré, Charron, Châtelaillon-Plage, Esnandes, Fouras, Ile d’Aix, L’Houmeau, La Brée les Bains, La Jarne, La Rochelle, Loix, Marsilly, Nieul-sur-Mer et Yves et leurs intercommunalités : communautés d’agglomération de La Rochelle et Rochefort, communautés de communes de l’Ile de Ré, d’Oléron et Aunis Atlantique. Cet exercice sera visible par la population puisque certaines communes testeront le déploiement de leurs ouvrages de protection et/ ou inviteront une partie de leur population à participer à un exercice d’évacuation (Angoulins, Aytré, Charron, Chatelaillon, Loix).

L’enjeu est de sensibiliser la population aux réflexes à adopter en cas de submersion, aussi bien en anticipation (constitution d’un kit de survie par exemple), qu’en réaction lorsque l’événement est annoncé. L’exercice s’inscrit dans le programme de protection des populations initié à la suite de la tempête Xynthia, déjà concrétisé notamment par les programmes d’action de prévention des inondations (PAPI), les projets d’endiguement (dits PSR), les actions de réduction de la vulnérabilité, l’élaboration des plans de prévention des risques littoraux, de la mise en place par Météo France d’une vigilance spécifique météo «vagues submersions», et du renforcement de la culture du risque.

Objectifs

Pour les communes, l’enjeu principal est l’entraînement à la mise en œuvre des plans communaux de sauvegarde (PCS) avec la mise en place de poste de commandement communaux et la gestion des populations concernées par des dispositifs d’évacuation prévus par les PCS. L’organisation du retour d’expérience systématique devra permettre d’adapter les dispositifs selon le schéma ORSEC (organisation de la réponse de sécurité civile).

Appels et sms adressés à la population

Dans le cadre de cet exercice, et conformément au PCS de la Ville d’Aytré, des appels et sms seront adressés à la population afin de communiquer sur le phénomène ainsi que sur les consignes de sécurité. Aussi, si vous apparaissez dans l’annuaire, votre numéro de téléphone est déjà dans notre base de donnée.

Et vous, serez-vous contactés ?

Si votre numéro est sur liste rouge ou si vous souhaitez être informé sur un téléphone portable, il convient de réaliser une “inscription volontaire” depuis notre site. Lorsqu’un numéro de mobile est enregistré dans notre base de donnée, alors, vous recevrez aussi les informations émises par sms.

Ce service est GRATUIT, inscrivez-vous vite (suivre le lien en bas de page sous “A lire aussi”).

L’aléa météorologique vagues-submersion

Les submersions marines sont liées à une élévation extrême du niveau de la mer due à la combinaison de plusieurs phénomènes :

  • l’intensité de la marée (niveau marin dû principalement aux phénomènes astronomiques et à la configuration géographique),
  • le passage d’une tempête produisant une surélévation du niveau marin (appelée surcote) selon trois processus principaux :
    • la forte houle où les vagues contribuent à augmenter la hauteur d’eau,
    • le vent qui exerce des frottements à la surface de l’eau, ce qui génère une modification des courants et du niveau de la mer (accumulation d’eau à l’approche du littoral),
    • la diminution de la pression atmosphérique. Le poids de l’air décroît alors à la surface de la mer et, mécaniquement, le niveau de la mer monte.
      Vient s’ajouter le déferlement des vagues qui se traduit par un mouvement des masses d’eau se propageant sur l’estran (zone alternativement couverte et découverte par la marée). Les jetées, digues et autres infrastructures peuvent alors être franchies, fragilisées ou endommagées.

Quels sont les facteurs qui influencent son intensité ?

La simultanéité des phénomènes décrits ci-dessus augmente l’intensité de la submersion, accroît les débordements et permet à la mer d’atteindre des zones habituellement abritées. La gravité de ces débordements varie en fonction de la hauteur d’eau atteinte, des volumes entrants et de la vitesse d’écoulement des eaux.

L’intensité de ces phénomènes est aussi fortement dépendante de la configuration des fonds marins, de l’estran et des caractéristiques géographiques des côtes comme :

  • la diminution de la profondeur de la mer (à l’arrivée sur la côte, l’énergie des vagues se transforme en surélévation du niveau d’eau) ;
  • la nature des fonds, qui freine ou accélère la propagation de la vague vers la côte (sable, galets, vase…) ;
  • l’orientation de la côte par rapport à la direction de propagation de la houle et des vagues.

Quels sont les dangers ?

Les submersions marines peuvent provoquer des inondations sévères et rapides du littoral, des ports et des embouchures de fleuves et rivières. Les voies de communication, les habitations, les zones d’activités sont susceptibles d’être inondées et endommagées en quelques heures, voire moins, même à plusieurs kilomètres du trait de côte. Les vagues peuvent endommager des infrastructures côtières par effet mécanique, provoquer des envahissements d’eau par projection, transporter des objets ou matériaux (notamment des galets) et en faire des projectiles susceptibles de blesser des personnes, d’endommager des biens ou de gêner la circulation en bord de mer. Les objets non correctement arrimés peuvent être emportés. Les bateaux, même amarrés au ponton dans les ports, peuvent être soulevés et emportés sur la terre ferme. À proximité des estuaires, l’écoulement des cours d’eau peut également être ralenti, voire stoppé, ce qui génère alors des débordements. Les dégâts peuvent être aggravés en cas de violentes rafales de vent, de fortes pluies, de crues concomitantes ou de ruptures de digues. Les fortes vagues et les submersions marines sont des phénomènes destructeurs.